10 Déc 2013 Concurrence déloyale : même électronique, la cigarette reste du tabac… Premier round pour le buraliste. A suivre.

(Cet article a été publié il y a 7 ans.)

Ce jugement du tribunal de commerce de Toulouse du 9 décembre 2013 a été beaucoup commenté, chaque camp, celui des vapoteurs et celui des buralistes, bombant le torse.

En lisant non pas son écho médiatique, mais le jugement rendu (jugement du tribunal de commerce de Toulouse du 9/12/2013 sur la ecigarette), trois idées viennent à l’esprit. Il s’agit d’une première opinion, bien sûr, donc à prendre avec les précautions d’usage.

D’abord, le tribunal applique une théorie classique : entre deux opérateurs économiques, si l’un ne respecte pas une réglementation impérative (c’est-à-dire obligatoire), cela donne au coquin un avantage concurrentiel illégitime. Et le juge du tribunal de commerce est là pour rectifier cette illégitimité.

Ensuite, le raisonnement du tribunal est plutôt charpenté (ce qui ne signifie pas que je sois d’accord). Les références à l’article 564 du code général des impôts, aux articles L 3511-3 et 3511-4 du code de la santé publique, à la directive 2001/37, sont sérieuses.

Enfin, comme souvent en matière de concurrence déloyale, les juges s’appuient sur un faisceau d’indices : la proximité d’adresse (à 20 numéros, sur la même rue, dans la même ville), l’assimilation ecigarette et cigarette par la réglementation, le fait que le vendeur attaqué faisait de la publicité en utilisant des logos proches de ceux des cigarettiers habituels…

Deux remarques en terminant. D’abord, le tribunal parle de viol de texte. Correction : on parle de violation de la loi. Le tribunal n’ordonne pas l’exécution provisoire de son interdiction, ni de dommages et intérêts. Etait-il si sûr de son fait ? On peut aussi penser que le tribunal a été assez sage pour savoir qu’il s’agit de la première manche d’un combat long, et qui se déroulera sur plusieurs terrains.

A suivre donc…

EN SAVOIR PLUS :
Nous sommes avocats en informatique et innovation. Nous voulons vous aider à relever les défis du nouveau monde : vous faire gagner du temps, faire plus simple, vous apporter fiabilité et expertise, être transparent sur les prix. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Bernard Lamon
Bernard Lamon
BL@nouveaumonde-avocats.com

Avocat fondateur, spécialiste en TIC. Voir ma fiche complète.